Chloroquine: les dessous d’une recherche controversée (Forum)

par Blake, jeudi 26 mars 2020, 16:04 (il y a 67 jours)

Après avoir annoncé dans une vidéo que ce médicament antipaludique pouvait aider à guérir du Covid-19, l’infectiologue français Didier Raoult était attendu au tournant. La publication de son étude révèle une piste intéressante ternie par une méthodologie fragile et des soupçons de conflit d’intérêts

Pour les germanophones: le Dr. Drosten, virologue en chef de la Charité, considère que l'étude du Prof. Raoult compare des pommes et des poires et qu'au stade où est menée l'étude, un cachet pour le mal de tête aurait pu donner le même résultat

Cette étude souffre de problèmes méthodologiques de fond.

En outre, les groupes étaient très peu homogènes. Les symptômes étaient très variés: six patients souffraient d’une pneumonie, le reste de troubles bien moins graves. Quant au groupe contrôle, il a été formé par les personnes ayant refusé le protocole expérimental et par des patients soignés dans d’autres hôpitaux, donc probablement avec des arsenaux thérapeutiques différents les uns des autres, ce qui complique les comparaisons. Aucun placebo n’a par ailleurs été utilisé. Enfin, deux patients du groupe chloroquine n’ont eu aucune charge virale détectée durant la durée de l’expérience – ramenée sans explication à six jours dans les résultats, et non 14 comme annoncé dans la déclaration d’essai et dans l’introduction. De quoi se demander si ces deux personnes étaient vraiment infectées par le coronavirus.
Autre point qui suscite la méfiance, six patients du groupe hydroxychloroquine ont été déclarés «perdus», parce qu’ayant arrêté le traitement. L’un est parti de l’hôpital, un autre a jeté l’éponge car souffrant de nausées, trois sont partis en soins intensifs, et enfin le dernier est décédé. Que des patients abandonnent ou disparaissent, cela arrive. Mais pourquoi avoir exclu ceux dont l’état a visiblement empiré malgré le traitement? Compte tenu de la très faible taille de l’échantillon, cela aurait sans doute amené à des conclusions différentes, ou plus nuancées. Sollicité sur ce point, Didier Raoult n’a pas répondu aux questions du Temps.

https://www.letemps.ch/sciences/chloroquine-dessous-dune-recherche-controversee


:suspecte:


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum